EspaceRezo

Astuces, utilitaires, tutoriels, jeux, vidéos… que du bon pour apprendre et se divertir !

Affichage des articles dans Logiciels

Cette information que j’ai trouvée aujourd’hui sur clubic.com m’a autant amusé qu’étonné.

Google Goggles est une application Android de reconnaissance d’images très performante qui permet, après l’analyse d’une photo tirée avec son smartphone, d’obtenir des informations relatives au sujet photographié.

Déjà ça c’était fort ! Mais les programmeurs de Goggles ont doté l’application d’une fonction incroyable et surtout, qui ne sert à rien (donc indispensable diront certains…), sauf pour les tricheurs ou pour celles et ceux qui veulent épater la galerie. Il s’agit d’une option qui permet de résoudre en un clin d’œil une grille de sudoku.

Si ce n’est déjà fait, installez Google Goggles sur votre smartphone et photographiez une grille de sudoku. L’analyse est très rapide et l’application vous propose de résoudre cette grille. Acceptez et vous verrez s’afficher un par un les bons numéros.

Voici d’ailleurs une vidéo amusante qui présente cette fonction :

Image de prévisualisation YouTube

J’ai personnellement essayé, ça marche d’une manière incroyable !

Heu… Dis Mr Google, quand est-ce que tu t’attaques aux grilles du loto ? :)

Share

A la lecture de ce 3ème billet sur Ubuntu, certains penseront que j’ai repris la plume uniquement pour promouvoir Linux. Je répondrai bien par l’affirmative… mais en vérité, la chose essentielle qui motive mes interventions est surtout le plaisir de partager une passion commune ; en l’occurrence, l’utilisation de Linux et la découverte de trucs et astuces qui nous facilitent la vie et améliorent notre confort.

Cette fois je vous parlerai de la gestion des souris modernes en pleine crise d’adolescence au vu de leur façade pleine de boutons. La mienne en comporte pas moins de seulement cinq ! Il faut dire qu’elle est en fin de croissance :) .

Si sous Windows l’existence d’un driver permettait de gérer ces cinq boutons, il n’en est pas de même sous Ubuntu. Alors que faire de tous ces boutons ?

La solution se trouve dans l’utilisation de l’application BTNX disponible dans la logithèque. Après installation, retrouvez l’application dans le menu Applications/Outils système et lancez-la. S’agissant d’un outil modifiant la configuration d’un fichier système, il vous sera demandé d’entrer votre mot de passe.

Dans l’application, commencez par faire détecter votre souris. Cela se fait rapidement. Passez ensuite à la détection des boutons qu’il faudra tenir sélectivement appuyés jusqu’à la reconnaissance complète du bouton concerné. Une barre de progression permettra de suivre cette reconnaissance.

Cette opération effectuée, rendez-vous dans l’onglet Boutons et sélectionnez un par un les boutons afin de leur attribuer une instruction parmi les trois suivantes :

  • Combinaison de touches
  • Changement de configuration
  • Exécution de commandes

Ensuite pour valider l’ensemble et permettre une utilisation immédiate de ces affectations, revenez sur la page d’accueil (onglet Configurations) et cliquez sur “Redémarrer btnx“. Vos boutons ont maintenant une fonction autre qu’un visuel inesthétique.

Petite astuce :
Si l’un des boutons de votre souris n’est pas reconnu, c’est ce qu’il m’est arrivé, éditez en mode SU (Lancez le terminal et tapez les commandes “sudo gedit“, entrez votre mot de passe) le fichier /etc/btnx/btnx_config_Default. Celui-ci contient toutes les coordonnées de votre souris et de ses boutons.

Copier-coller une des sections consacrée à un bouton reconnu et affectez sur la ligne rawcode une valeur immédiatement supérieure ou immédiatement inférieure à celle existante. Exemple : mon bouton central n’était pas reconnu mais les boutons 4 et 5 l’étaient. Ces derniers boutons étaient codés respectivement 0x01000113 et 0x01000114, mon bouton 3 devait donc logiquement correspondre à la valeur 0x01000112 et ça a marché !

Enregistrez votre modification et relancez btnx-config (véritable nom de l’application). Votre bouton absent est désormais présent.

Si vous avez bien suivi ce tuto, et si c’est la première fois que vous mettez les mains dans le cambouis, alors laissez-moi vous souhaiter une Bienvenue dans le merveilleux monde de Linux :) .

Share

Mon billet promotionnel sur Ubuntu est parvenu à créer des vocations et j’en suis fier.

Je pense que la meilleure récompense (au-delà des dons en argent) que l’on puisse offrir aux développeurs d’Ubuntu est d’utiliser au quotidien le résultat de leur travail mis gratuitement à notre disposition. Un grand merci pour leur labeur et une pensée affectueuse pour le généreux Mark Shuttleworth sans qui Ubuntu n’aurait jamais vu le jour.

Passons cette phase de remerciement et intéressons-nous à l’Evolution de notre Ubuntu. Les connaisseurs auront apprécié le jeu de mot car Evolution est le nom de la messagerie livrée avec l’OS.

Je vais être direct. Même si cette messagerie est très évoluée et très complète, Evolution ne m’a pas séduit. Le plus agaçant est de ne pas pouvoir détruire sélectivement les fichiers se trouvant dans la corbeille : c’est tout ou rien.

J’ai donc porté mon choix sur un client de messagerie que j’utilise à mon travail. Ce lecteur de courrier est développé par la célèbre fondation Mozilla (bien connue pour son navigateur à succès FireFox) et se nomme : Thunderbird !

Ce qui suit suppose que vous ayez mis en place les paramétrages d’Evolution, mis à jour votre agenda, vos contacts et vos mails. Sachez qu’Evolution d’Ubuntu 10.10 permet l’importation des fichiers pst exploités par Outlook de Microsoft. Je pense que cette précision va en ravir quelques-uns car pour ma part, c’est après être passé par une série de conversions que je me suis rendu compte de l’existence de cette option… On ne se refait pas ! :(

Voici un lien ou vous trouverez un tuto soigné et complet pour effectuer cette migration en douceur : pascal.ledisque.free.fr.

Je vous laisse découvrir cet excellent article publié par Pascal Le Disqué car il n’y a rien à ajouter. J’insère juste cette précision lors de la mise en place des notifications au tableau de bord : après avoir installé l’extension libnotify-mozilla.xpi, il faut redémarrer le PC.

Bonne migration sur Thunderbird !

Share

Traditionnellement, lorsqu’une nouvelle année débute, on choisit de faire comme elle : repartir sur de nouvelles bases.

Et si parmi vos résolutions se trouvait celle de switcher sur Linux ?

Avouez que vous y avez pensé plusieurs fois notamment quand Windows mouline indéfiniment en cherchant on ne sait quoi sans jamais vous laisser la main. Combien de fois avez-vous pesté sur un satané logiciel qui vous demande toujours plus de ressources alors que vous venez d’acquérir la dernière machine dotée d’un processeur huit coeurs et 16 Go de Ram ?

Et pourtant vous le savez car tout le monde le dit, “avec Linux, tout roule même avec une configuration dépassée !”

Il y a 15 jours encore, j’étais comme vous et je pensais même acheter la version Seven de Windows car mon Vista s’essouffle malgré ma configuration 8-coeurs 4 Go de RAM. Mais le prix m’a vite refroidit, Brrr !

Et je me suis souvenu des propos d’un ancien débutant que j’avais formé à l’informatique qui m’a dit, “Jean-Claude je suis passé à Ubuntu… Que du bonheur !

Eh bien je confirme ! Que du bonheur :

  • démarrage OS arrêté : 20 secondes,
  • mise en veille simple : 1 seconde,
  • réveil : 1 seconde,
  • arrêt complet : 10 secondes !
  • ouverture de Firefox : 2 secondes à froid,
  • page google actualité chargée en 1 seconde à chaud !

Bref, une vitesse surprenante à voir lorsqu’on vient de Windows.

Comparé à Mac OS, je ne peux pas en parler. Je n’ai jamais eu de Mac mais sachant que Mac OS est basé sur un système Linux, je commence à comprendre certains aficionados des Mac.

Je vous ai donné envie d’essayer ? Alors vous pouvez passer par un live-cd mais je vous conseille plutôt d’installer Linux en double Boot. D’une part vous pourrez revenir sur Windows (ce que je n’ai pas fait depuis 15 jours) et d’autre part vous pourrez essayer dans la plénitude de ses performances votre distribution linux.

Au fait en parlant de distribution, je vous conseille vivement Ubuntu ! Pourquoi ? Déjà pour le symbole qu’il véhicule, Ubuntu signifie « Humanité ». Ubuntu signifie également « Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous ». Et si ça ne suffit pas à vous convaincre, sachez que Ubuntu comporte tous les drivers de n’importe quel device. Mon ordinateur très récent n’a rencontré aucun problème de driver. Cerise sur le gâteau, Nvidia fournit des drivers spécifiques pour les distributions Linux dont Ubuntu.

Alors maintenant n’hésitez plus !

Commencer par graver l’image de la dernière version de Ubuntu 10.10. Il existe une version 32 bits et une version 64 bits sur ubuntu-fr.org. Une fois l’image gravé au format iso (il existe des logiciels gratuits qui font ça très bien), bootez sur votre CD et laissez-vous faire ! Dans une demi-heure vous serez dans le merveilleux monde de Linux.

Toute la documentation, le savoir-faire et le faire savoir sur ubuntu-fr.org.

Ah oui ! J’oubliais le dernier argument : c’est gratuit ! :)

Share

Personnellement, je considère que Mozilla Firefox est actuellement le meilleur navigateur devant Internet Explorer, Google Chrome ou Opéra. Mais il lui manque une fonction essentiel à mon goût : pouvoir éteindre l’ordinateur automatiquement à la fin des téléchargements.

Firefox se différencie notamment de ses concurrents parce qu’il possède un nombre impressionnant d’add-ons (ou plugins) qui permettent de lui ajouter bon nombre de fonctionnalités indispensables comme AdBlock Plus ou Donwload Helper (que nous vous avions présenté il y a déjà pas mal de temps et qui a d’ailleurs beaucoup évolué depuis).

Aujourd’hui, je vais vous faire découvrir le plugin “Auto ShutDown”, ou extinction Automatique en français, qui permet donc, comme vous l’aurez deviné, d’éteindre l’ordinateur automatiquement à la fin de tous vos téléchargements lorsque ceux-ci sont gérés par Firefox.

Rendez-vous sur la page du plugin et, après une petite installation, voici ce qui va apparaître dans votre fenêtre de téléchargement :


Si vous cochez la case “arrêt” en bas à droite, le plugin se chargera d’éteindre votre machine à la fin des téléchargements.

Il est également possible de modifier les paramètres de l’add-on :

<shell:%sysRoot%\\rundll32.exe>
shell32.dll ShellExec_RunDLL
shutdown -s -t 10
</shell>

La ligne en gras est la plus importante. Elle seule suffit à éteindre votre ordinateur. Vous pouvez l’essayer en la copiant dans “l’invite de commandes de Windows”. Ici, le “10” signifie que l’ordinateur devra attendre 10 secondes avant de s’éteindre.

Il n’est plus nécessaire de laisser votre machine tourner pour rien à la fin de longs téléchargements. Ce petit plugin permet donc d’économiser de l’énergie en 2 clics !

Découvert sur addons.mozilla.org.

Share

Le logiciel Google Earth est apparu comme une révolution sur la manière de voir notre planète. En effet, il permet de parcourir le monde grâce à des images satellites prises du ciel.

Si vous ne l’avez pas encore, je vous invite à le télécharger sur le site officiel.

Ainsi, vous pourrez voir votre maison, vue du ciel, ou celles des voisins. Mais de petits malins se sont amusés à rechercher des images insolites, des messages, des formes de vie, des zones d’essais nucléaires et bien d’autres…

Un point précis sur une carte se décrit par des coordonnées GPS sous la forme XX°YYZZ“N XX°YYZZ“O.

Voici donc quelques coordonnées à entrer dans Google Earth (selon la configuration du logiciel, il se peut que vous deviez remplacer “O” par “W”) :

Crop circle Italie : 44°40’52.66″N 10°19’02.81″E
Forme sur montagne : 40°27’19.02″N 93°45’03.45″E
Même genre de forme : 40°27’37.56″N 93°24’23.08″E
Zone d’essais : 40°27’32.43″N 93°18’52.13″E
Forme triangulaire dans désert : 30°30’38.32″S 115°22’57.62″E
Triangle avec rond dedans : 37°37’42.39″N 116°50’43.59″O
Logo Firefox sur un champ : 45°07’26.08″N 123°06’48.53″O
Avion et piste sur toit : 40°42’15.94″N 74°00’29.55″O
Avion abandonné en forêt : 45°24’28.83″N 123°00’26.71″W
Maison de Travolta + son avion et sa piste : 29°16’41.66″N 82°07’00.11″O
“Jesus love you” : 43°38’43.57″N 115°59’34.12″O
Cible essais nucléaires : 37°33’49.92″N 116°50’58.47″O
Puits de pétrole en feu : 29°50’32.59″N 47°50’46.64″E
Logo Batman : 26°21’29.04″N 127°47’02.21″E
Coca géant : 37°46’44.51″N 122°23’18.36″O
Rubik’s cube et clavier : 28°20’53.38″N 81°32’34.78″O
Missile avec trainée : 38°13’36.22″N 112°17’56.19″O
Zone secrète : 37°29’37.89″N 116°13’43.11″W
Des centaines d’avions : 32°10’15.55″N 110°51’12.19″W
Cimetière d’avions : 32° 9’18.86″N 110°52’59.71″O

Vous avez également accès à la fameuse Zone 51 mais on n’y voit pas grand chose. Quelques bases secrètes ont d’ailleurs été remplacées par des forets sur demande du gouvernement.

N’hésitez pas à nous faire partager vos trouvailles dans les commentaires.

Découvert sur tout-sur-google-earth.com et icietmaintenant.fr.

Share

QuickTime est un framework multimédia développé par Apple. C’est une bibliothèque logicielle qui gère à la fois du son et de l’image.

Un développeur qui souhaite se lancer dans la création d’une application multimédia, peut choisir de programmer lui-même la partie du logiciel qui décodera la musique et la vidéo ou se servir d’une bibliothèque de commandes toutes prêtes pour se simplifier la tâche (le fameux framework).

Normalement, il est nécessaire d’installer QuickTime pour lire les fichiers “.mov” et lancer certains logiciels qui utilisent le framework d’Apple. Or QuickTime est assez lourd à télécharger (33 Mo) et, personnellement, j’ai horreur que l’on m’impose un logiciel.

Récemment, je suis tombé sur un logiciel qui réclamait justement QuickTime 6 pour fonctionner. J’ai téléchargé, à contrecœur, la dernière version du logiciel d’Apple (la 7) et je me suis trouvé confronté à de nombreux bugs. Du coup, j’ai cherché une alternative et j’ai découvert QuickTime Alternative, le bien nommé !

Sa version 3.2.2 correspond à la version 7 de QuickTime. Après installation, je n’ai plus rencontré les bugs que je rencontrais avec QuickTime. Ne pesant que 18 Mo, l’installation est rapide et le programme semble au final se contenter de moins de ressources du système.

QuickTime Alternative est compatible avec la majorité des systèmes fonctionnant sous Windows : Seven 32 bits et 64 bits, Vista 32 bits et 64 bits, XP et 2000.

Au passage, notez qu’il existe la même chose pour se passer du RealPlayer de Real Networks (fichiers “.rmx”), en installant Real Alternative.

Un bon moyen de se passer de l’usine à gaz d’Apple sur free-codecs.com.

Share

Lorsque j’ai eu connaissance de cette application sur le Market Android, j’ai de suite vérifié la date du calendrier… Non, nous ne sommes pas le 1er avril !

Qu’est-ce que c’est que cette blague ? Une application qui compte instantanément le rythme cardiaque ! Pourtant au vu des commentaires, cette application fonctionne.

Ma curiosité piquée au plus vif, j’ai tenu à comprendre le fonctionnement de Instant Heart Rate, et c’est à partir de ce moment que je suis allé de surprise en surprise !

L’application se sert de l’appareil photo pour compter vos pulsations cardiaque plus précisément le flash ! Reconnaissez que ça tient du tour de magie digne de Houdini !

Pourtant, pourtant… voici l’explication scientifique : en gros, et pour ne pas rentrer dans des détails fastidieux, l’application se sert du flash pour envoyer des ondes infrarouges à travers la peau de l’index appuyé sur l’appareil photo. Un algorithme savant permet de filtrer les ondes parasites pour ne conserver que celles émises par la pression systolique.

Comme vous pouvez le voir, c’est très scientifique et encore là je suis allé au plus simple de la traduction de ce document diffusé sur freepatensonline.com.

Partiellement convaincu, j’ai téléchargé l’application pour la tester et… ça marche !

55 pulsations/minutes (je suis un grand sportif :)) s’affichaient au bout de quelques secondes seulement. J’ai immédiatement vérifié manuellement ce résultat qui s’est avéré le plus exact possible. Fabuleux !

Pour information cette application existe aussi pour iPhone en plus complet, Apple oblige…

A télécharger sur instantheartrate.com.

Share

Imaginez la scène : vous êtes au boulot en train de faire une petite partie de Tétris, comme tous les vendredis. Votre patron entre soudainement. Pris de panique, vous tentez de fermer votre jeu en catastrophe mais il y a aussi toutes les autres fenêtres de votre navigateur : la page Gmail avec le message de mémé, votre cadeau de Noël 2009 en vente sur eBay, une vidéo sur EspaceRezo et enfin ce magnifique mannequin suédois qui est apparemment très souple…

Votre souris s’emballe et c’est le drame ! C’est un document que vous avez mis la matinée à taper qui se ferme et, bien entendu, vous n’aviez rien sauvegardé… Votre week-end est foutu ! Ah si vous aviez installé “Close all”… (je le vends bien non ? :) )

Ce petit logiciel permet, en un clic, de fermer toutes les applications ouvertes et donc de faire disparaître instantanément toutes les fenêtres de votre bureau. Il est gratuit et ne nécessite pas d’installation.

Commencez par télécharger l’archive “zip” puis décompressez-là. Vous obtiendrez plusieurs fichiers dont le fameux “CloseAll.exe” qu’il suffit de copier/coller sur le bureau et de glisser dans la barre de tâches par exemple.

Notez que ce petit exécutable ne consomme pas de ressources systèmes puisqu’il envoie juste le signal de fermeture aux applications et qu’il est possible de configurer facilement des exceptions pour que certains programmes de votre choix ne se ferment pas. Il est compatible avec toutes les versions de Windows.

Vous trouverez “Close All” et plus d’informations sur ntwind.com.

Logiciel repéré sur libellules.ch.

Share

Pour ceux d’entre vous qui possèdent un iPad, voici une nouvelle qui devrait vous faire plaisir : VLC est enfin disponible en téléchargement sur l’Appstore.

Petit rappel pour ceux qui sont restés sans Internet et donc coupés du monde depuis 5 ans, VLC est l’un des lecteurs multimédias les plus utilisés au monde. Il est capable de lire des vidéos encodées avec n”importe quel format, sans que vous ayez besoin de télécharger le moindre codec.

L’arrivée de cette application, qui a déjà largement fait ses preuves sur PC, est  une véritable aubaine pour les possesseurs d’iPads. Ils trouveront avec VLC, une nouvelle solution permettant de lire des vidéos sans devoir les convertir dans les formats propriétaires d’Apple. Les premiers tests semblent encourageants même si toutes les fonctionnalités n’ont pas encore été implémentées.

La très bonne nouvelle, c’est que VLC sera entièrement gratuit, contrairement à d’autres solutions comme oPlayer HD (environ 4 euros).

Une version pour iPhone est en préparation et devrait sortir prochainement. Par contre, il y a peu de nouvelles sur une version dédiée à Android, à part un petit mot laissé par un développeur de VLC sur un vieux forum. Rien ne prouve donc qu’une telle version verra le jour. Les utilisateurs d’Android vont devoir  prendre leur mal en patience

Share