Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’un jeu payant. D’habitude, je préfère m’étendre sur des applications gratuites mais là, avec Max Payne 3, nous avons tout de même à faire au troisième opus d’une série culte.

Et puis, il vous est toujours possible de le récupérer pour pas cher sur des forums qui proposent du “direct download” mais oups… je m’égare un peu.

J’ai donc joué (et je joue toujours d’ailleurs en ce moment) à Max Payne 3. Mais pourquoi me demanderiez-vous ? (si vous alliez le faire). Et bien pour plusieurs raison. Tout d’abord, parce que j’ai vraiment bien aimé les deux précédents épisodes, ensuite parce que j’avais envie de tester un peu mon nouvel ordinateur sur un jeu récent avec tous les paramètres à fond, et surtout parce qu’il y a longtemps que je n’avais pas pris ma dose de violence gratuite !

Et il faut reconnaître que Max Payne est un très bon défouloir. Dans la peau d’un ex-flic alcoolique (un grand classique certes), vous allez pouvoir flinguer, virtuellement bien entendu, tout ce qui vit dans ce beau pays qu’est le Brésil : des brésiliens (c’est la base), des flics véreux, des militaires corrompus, des trafiquants de drogue, des voyous en tous genres… bref, tout ce qui se trouvera sur votre chemin et qui portera une arme.

Il va sans dire que si je prends un peu de temps pour rédiger ce billet, c’est que j’ai bien aimé le jeu. J’ai tout d’abord apprécié les graphismes qui sont vraiment magnifiques (merci ma nouvelle carte graphique). Les visages des personnages, et notamment celui du héros, sont expressifs et vraiment détaillés. Et les décors sont tellement riches, que l’on s’y croit. Le look de Max évolue au fil de l’aventure. Si vous avez joué aux épisodes précédents, vous n’allez pas le reconnaître lorsqu’il se fait passer pour un touriste.

J’ai également bien aimé l’éventail complet des armes que notre héros peut récupérer sur les cadavres de ses victimes. Il y a de tout : du simple flingue au snippe en passant par le AKA 47. Et Max a toujours la possibilité d’en prendre une dans chaque main pour défourailler dans le tas comme un déglingot !

Mais, ce qui fait la spécificité de la série des Max Payne, c’est son “bullet time”. En effet, il est possible, lorsque votre jauge est remplie, de ralentir le temps, afin de gagner en précision et en efficacité dans votre boucherie. C’est particulièrement jouissif et cela permet d’éliminer un maximum d’adversaires sans trop se faire toucher.

Il y a également “un critical bullet time” (comme je ne connaît pas le nom officiel, j’en invente un) qui m’a bien plu. A chaque fois que vous êtes en position critique, le temps se ralentit automatiquement et vous avez une poignée de secondes pour éliminer l’adversaire qui vous tient en joue. Si vous le manquer, c’est la mort immédiatement. Par contre, une balle bien placée vous sauve la mise et surtout vous lance des effets spéciaux bien sanguinolents, limite gores.

Sinon, le jeu n’est pas trop difficile en mode “normal”. Il y a tout de même certains passages un peu plus délicats où les balles pleuvent beaucoup. Il m’a donc fallu recommencer certaines parties plusieurs fois. Il faut dire qu’au bout de quelques minutes, une frénésie meurtrière s’empare de votre souris et vous prenez de moins en moins de précaution dans votre avancée. L’intelligence artificielle, plutôt futée, se charge de vous ramener à la raison en vous mettant du plomb dans la tête (aux deux sens du terme).

Je regrette par contre que l’intrigue soit excessivement linéaire et un peu scriptée à mon goût. L’histoire est bien ficelée certes mais les créateurs du jeu nous prennent un peu trop par la main. Du coup, il suffit de poser son cerveau avant de lancer le jeu et d’apprécier le spectacle. Le point positif c’est qu’ainsi, on est certain de ne rien rater de l’histoire et d’aller tranquillement au bout.

Je vais conclure en vous disant que ce dernier Max Payne n’est sans doute pas le jeu de l’année mais qu’il mérite largement de figurer dans votre ludothèque et cela pour trois raisons :

  • il est super beau et rafraîchissant (Brazil, Brazil…),
  • parce que ça flingue à tout va,
  • et surtout parce que c’est Max quoi !

Si vous y avez joué, n’hésitez pas à poster votre avis dans les commentaires de ce billet, ça m’intéresse…

{lang: 'fr'}