tera_logoEn tant que joueur compulsif et impénitent, il m’arrive fréquemment de tomber dans l’enfer du jeu vidéo. Ces périodes durent plus ou moins longtemps selon la qualité, et la durée de vie des jeux.

J’ai par exemple passé pas mal de temps sur Legend of Grimrock puis sur Borderlands 1 puis 2, pour ne citer que les plus récents. Il y a quelques mois, j’ai fait l’erreur d’installer Tera Online sur ma machine :) . Depuis, je passe une bonne partie de mon temps libre sur ce super jeu et je me suis fait plein de nouveaux copains.

Tout d’abord je vais vous présenter rapidement Tera. C’est un jeu de rôle en ligne qui ressemble, pour faire très simple, à World of Warcraft, le plus célèbre des jeux de ce style. Il est développé par Bluehole Studio et est exploité en Europe par Gameforge, un des leaders du secteur.

Comme je suis particulièrement fainéant, et surtout que vous trouverez des présentations très complètes de ce jeu sur Internet, je vais orienter mon propos sur ce qui me branche dans ce jeu.

Tout d’abord, le jeu est vraiment très beau, surtout si vous avez une machine capable de le faire tourner avec toutes les options à fond. Son thème également me convient très bien : médiéval fantastique.

tera_screenshot

La présence de nombreuses classes très différentes rend le jeu très riche :

– les prêtres et mystiques soignent et buffent,
– les lanciers et guerriers tankent,
– les archers et sorciers attaquent de loin,
– les pourfendeurs et bersekers font de gros dégâts au corps à corps.

A cela, ajoutez la possibilité de choisir la race de son personnage et de fignoler son apparence et vous serez certain de jouer avec un avatar qui ne ressemble pas aux autres.

Une fois votre personnage créé, vous allez rapidement arriver sur l’île du débutant où vous seront expliquées les ficelles du jeu. Comme dans la majorité des jeux, vous devez rencontrer des personnages (PNJ) qui vous donneront des missions à remplir afin de gagner des points d’expérience. Ces points permettent de changer de niveaux. Il y en a 60 pour l’instant.

A chaque niveau, vous débloquez de nouvelles compétences et de nouveaux sorts. Un système de glyphes à acheter, un peu long à expliquer ici, permet d’améliorer certaines caractéristiques de votre personnage et de les adapter à votre façon de jouer.

Personnellement, j’ai trouvé le début un peu barbant parfois car j’avais choisi de jouer seul pour découvrir le jeu tranquillement. Et puis je ne pensais pas y rester scotché. Heureusement, au fil de la progression, vous devez vous mesurer à des bestioles plus solides. Il faut alors se grouper avec d’autres joueurs (maximum 5) pour remplir la quête (on les appelle Q5). L’équipe doit être équilibrée (tank, healer, dps) pour vaincre.

Dans le même genre, l’aventure est parsemée d’instances, des donjons, qui changent de l’ordinaire et dans lesquels il vaut mieux être bien accompagnés. Bien entendu, c’est dans ces donjons, ou en éliminant les plus gros monstres, que l’on gagne le plus de sous et surtout, que l’on “droppe” le plus d’objets pour s’équiper.

Personnellement, j’ai dû mettre un peu plus d’un mois pour passer 60. D’autres vont nettement plus vite (quelques jours) en utilisant des potions d’XP fournis aux abonnés ou à ceux qui lâchent des euros. Ça va donc relativement vite et c’est tant mieux car une grande partie de l’intérêt de ce jeu se révèle au niveau 60 avec l’accès aux Nexus (sorte de batailles géantes contre des monstres), l’accès aux champs de bataille PVP, et l’ouverture de donjons très difficiles (Kelsaïk, Corpus Argon et Manaya par exemple).

Pour résumer, jusqu’au niveau 60, c’est la course à l’XP. Après 60 c’est la recherche du meilleur équipement possible pour rentrer puis tenir le coup dans les gros donjons.

Venons en au “cash shop“. Comme vous le savez, je suis particulièrement radin et je n’aime pas payer d’abonnement mensuel, surtout que je ne sais jamais trop à l’avance si je vais avoir beaucoup de temps pour jouer. Et bien je peux vous rassurer : sans abonnement, on peut très bien jouer à Tera. Vous ne serez pas pénalisé au niveau de votre progression ou bridé comme dans d’autres jeux. Vous irez un peu moins vite dans votre leveling mais vous arriverez au même point que ceux qui payent.

Enfin, je vous conseille vivement d’intégrer rapidement une guilde afin de bénéficier des conseils des vétérans. Un haut level peut aussi débarquer et vous finir quelques Q5 pour accélérer votre progression vers le fameux niveau 60. L’utilisation d’un logiciel de communication vocale, de type Teamspeak ou Mumble est alors fortement conseillé.

tera_screenshot tera_screenshot2

Pour conclure, je dirai que Tera est un super jeu, surtout pour du gratuit. J’y ai rencontré des joueurs très sympas avec qui je prends du plaisir à discuter tout en jouant. Si vous décidez de franchir le pas, ou si vous êtes déjà dans le jeu, n’hésitez pas à me le signaler dans les commentaires. Je pourrai peut-être vous donner un petit coup de main

Le jeu est à découvrir sur tera-europe.com.