EspaceRezo

Astuces, utilitaires, tutoriels, jeux, vidéos… que du bon pour apprendre et se divertir !

Affichage des articles dans Sites

Comme je l’ai déjà expliqué, un “easter egg” (littéralement “œuf de Pâques”) est un petit programme caché par les développeurs pour enrichir un programme principal ou un site Internet, généralement afin d’amuser les internautes.

Et bien figurez-vous que les développeurs du site bayrou.fr, site du candidat du même nom, contient quelques petits clins d’œil.

Ouvrez le site puis taper sur votre clavier sur les touches “↑ ↑ ↓ ↓ ← → ← → B A”. Vous découvrirez un “Konami Code” car ce type de code est présent dans la plupart des jeux de l’éditeur Konami.

Si vous tapez le code à l’envers, il y a une autre surprise mais là, je vous laisse aller la découvrir…

Les développeurs ont vraiment fait preuve d’humour. Je me demande si le candidat était au courant de cette petite touche amusante. Au passage, je tiens à souligner que je ne fais pas de publicité pour ce candidat (ni pour d’autres d’ailleurs) mais que pour une fois qu’il y a un truc original et en rapport avec l’Informatique dans cette campagne des présidentielles, je me fais un plaisir de le relayer.

Et puis, si vous voulez vous amuser un peu sur d’autres sites, qui ont pourtant la réputation d’être sérieux, allez jeter un œil sur wikipedia.org.

Share

Plus que quelques jours pour vous décider en faveur d’un candidat pour cette élection présidentielle 2012. Je viens de tester un petit site pour permettre aux indécis de faire leur choix.

Quivoter.fr vous demande de donner votre avis sur des propositions formulées par les prétendants au trône. Vous avez le choix entre “vraiment contre, “plutôt contre”, “vote blanc”, “plutôt pour” et “vraiment pour”.

Répondre à la série courte qui comprend 3 propositions par candidat, soit 30 en tout, vous prendra à peine 5 minutes et vous donnera déjà une bonne tendance et vous allez découvrir à la fin du questionnaire, quel candidat se cache derrière vos intentions.

Bon, et bien maintenant, à vous de jouer. Comme ça, vous aurez un peu moins de chance de vous tromper, une fois dans l’isoloir:wink:

Trouver le candidat qui conviendrait à vos idées sur quivoter.fr.

Share

Sean Avery est un écrivain-illustrateur de livres d’images pour enfants. Cet artiste australien fabrique également de magnifiques œuvres d’art à partir de vieux CD. Il les brise, puis assemble les petits morceaux pour réaliser des figurines d’animaux.

Les petits personnages semblent directement sortis du jeu “Pokemon”. Moi j’aimerai bien avoir un de ces animaux sur mon bureau.

Une bonne idée pour recycler les vieilles galettes qui traînent au fond de vos tiroirs. Regardez donc ce que ça donne :

Image récupérée sur 9gag.com.

Quand la technologie rejoint la nature sur seanavery.deviantart.com.

Share

Avant de démarrer ce petit billet, il faut que je vous prévienne : j’adore le football mais j’ai horreur des footballeurs ! Je pense qu’il doit être possible de jouer à ce noble sport sans se rouler par terre à la moindre occasion, et surtout sans cracher continuellement sur la pelouse, sur laquelle ils se roulent allègrement donc, les crados…

Ce qui m’agace également chez les joueurs de foot, ce sont les sommes astronomiques qu’ils gagnent. Non, je ne suis pas jaloux, mais je pense simplement qu’il est indécent de gagner autant pour taper dans une boule en cuir quand il y a tant de monde qui crève la dalle mais bon, si on leur donne, ils seraient sans doute couillon de ne pas le prendre !

Je n’ai pas été vraiment surpris quand j’ai appris que c’était Franck Ribéry le sportif français le mieux payé avec ses 11,4 millions d’euros par an. Par contre, ce qui m’a abasourdi, c’est lorsque j’ai utilisé la petite application présente sur slate.fr et que je me suis rendu compte qu’il touche en 1 heure et 40 minutes, ce que je gagne en un mois !

Je tiens à préciser que je ne vous présente pas cette petite application à des fins bassement démagogiques mais simplement pour que vous puissiez vous rendre compte à quel point les sommes gagnées par certains footballeur sont démentes.

En combien de temps Ribéry gagne-t-il votre salaire sur slate.fr.

Share

Un professeur de Lettres a voulu démontrer que ses élèves de Première copiaient plus ou moins sur Internet pour faire leurs devoirs.

Pour réaliser sa démonstration, le prof s’y est pris à l’avance. Il a commencé à tendre son piège au mois d’août pour la rentrée de septembre. Il a sortit de ses fonds de tiroirs, un vieux poème qui n’était absolument pas référencé sur le Net, indatable précisément.

Il a ensuite créé une page Wikipedia sur ce texte, et s’est fait passer pour différentes personnes sur des forums et des sites de corrigés d’épreuves (élèves, profs, spécialistes…) afin de dire tout plein de vilains mensonges à propos du poème.

Bref, une fois qu’il a eu fini de mettre en place son piège, il a demandé à ses élèves de faire un commentaire sur ce poème sans utiliser Internet, car une réflexion seule suffisait à analyser le texte.

Résultat : sur 65 élèves, 51 élèves ont pu être identifiés comme “tricheur” et ont mis dans leurs copies des informations (fausses) tirées d’Internet.

Au final, ce prof a ainsi démontré que les élèves de nos jours ont de plus en plus recourt à Internet et qu’ils ne prennent pas toujours soin de vérifier leurs informations.

Il raconte tous les détails de cette histoire sur son laviemoderne.net.

Internet, c’est pratique ! Mais des fois, on a tout intérêt à privilégier l’utilisation de ses méninges

Share

Franco Recchia est un artiste italien dont la spécialité est de faire des maquettes de villes avec des composants d’ordinateurs.

Au lieu d’emmener ses vieilles machines à la déchèterie comme tout le monde, il préfère tout démonter et rassembler les pièces dans des sculptures modernes représentant des paysages urbains.

C’est à la fois original, joli et moderne même si ça doit prendre pas mal la poussière…

Voici ce que ça donne :

Le site de l’artiste : francorecchia.it.

Share

Si vous découvrez un jour un petit bout de clé USB qui dépasse d’un mur, ne soyez pas étonnés. Enfin si, vous le serez, mais un peu moins une fois que je vous aurai expliqué ce qu’est le “dead drop”.

Si j’ai bien tout compris, “dead drop” signifie “boîte aux lettres morte”. C’était l’appellation (c’est sûrement toujours d’ailleurs) de la technique utilisée par les services secrets pour s’échanger discrètement des documents et des données. Un agent laisse un message dans un lieu public et un autre passe plus tard pour relever le courrier.

C’est un peu ce principe qu’a voulu remettre au goût du jour, l’artiste allemand, Aram Bartholl, en y ajoutant un petit soupçon de peer-to-peer. Il a donc cimenté, fin 2010, une première clé USB dans un mur de Brooklyn, puis en posé quatre autres dans différents lieux de la ville de New York.

Depuis, son idée a fait des émules et il y a un peu plus de 800 clés USB réparties dans le monde. Vous en trouverez la liste sur cette page. Il y en a d’ailleurs pas mal en France. Voici par exemple, une clé installée 14 rue de la Treille à Clermont-Ferrand (en Auvergne) :

J’espère qu’elle y est toujours…

Si vous voulez ajouter votre pierre clé USB à l’édifice, il suffit de vous munir d’un peu de ciment, de repérer une faille dans un mur accessible à tout le monde de votre ville, puis d’y celer une clé USB. Le mode d’emploi détaillé se trouve sur cette page, et en français.

N’oubliez pas de signaler votre clé sur le site deaddrops.com car elle risque d’être difficile à repérer.

L’idée est de relancer les échanges entre les individus et de réinvestir la rue comme lieu d’échange privilégié. A mon avis, c’est plus de l’art que du véritable P2P mais l’idée est originale.

Je termine avec cette très jolie vidéo qui nous présente le début du drop dead avec la pose des 5 premières clés à New York :

Image de prévisualisation YouTube

Un grand merci à mol-1 pour son mail et cette idée de billet.

Share

Un lecteur du blog m’a envoyé un lien vraiment très intéressant et je m’empresse de le partager avec vous.

Il s’agit d’une animation en ligne qui permet d’appréhender les dimensions des différents objets et êtres vivants qui composent notre univers.

Après un temps de chargement qui dure quelques secondes, vous allez vous retrouver dans un décors assez sobre (comme la musique d’ailleurs) peuplé d’objets d’environ 1 mètre. Ça, c’est le point de départ. A chaque fois que vous manipulerez la molette de votre souris, vous zoomerez (ou reculerez) dans cet univers virtuel.

Ne tournez pas trop vite votre molette vers l’avant sinon le vertige va rapidement vous gagner. Cette petite animation est autant belle qu’elle est instructive, alors allez faire un tour à l’intérieur en cliquant sur l’image ci-dessous :

Pour les anglophiles, chaque clic sur un objet ouvre un petit laïus qui présente l’objet (ou l’être vivant) en question.

Découvrez l’univers avec la molette de votre souris sur htwins.net.

Un grand merci à Franck V. pour son mail car j’adore ce site…

Share

Je suis un véritable adepte des adresses mails jetables comme celles fournies par mailinator.com car j’ai horreur de me faire spammer.

Pour ceux qui ne connaissement pas le principe, il s’agit d’utiliser une adresse mail temporaire lors d’une inscription à un service quelconque, afin de ne pas recevoir des tonnes de messages de pub par la suite.

Personnellement, je privilégie les sites qui proposent des adresses virtuelles totalement “autonomes”, et donc qui ne redirige pas les messages vers votre adresse personnelle. Le but de la manœuvre est, bien entendu, de ne jamais donner son mail personnel. Il suffit alors de se rendre directement sur le site et de lire les messages en ligne.

Lorsque je m’inscris sur un site (forum par exemple), je donne donc une adresse imaginaire du type “bob123456@adressedusite”. Puis je me rends sur le site en question et je demande à consulte l’adresse “bob123456@…” (plus le nom est compliqué et moins vous avez de chance que quelqu’un lise vos messages). En général, il est demandé de cliquer sur un lien pour finaliser l’installation. Ensuite, je supprime le message. N’oubliez pas de le faire car tout le monde peut avoir accès au message.

Une fois que mon compte est validé, je fonctionne avec le login et le mot de passe. Mon adresse mail n’est ainsi pas divulguée. Pensez à conserver précieusement vos identifiants car il sera difficile de les redemander si vous ne vous souvenez plus du nom de la boîte mail temporaire.

Actuellement, j’utilise régulièrement Yopmail, 10minutemail.com ou anonymbox.com. Certains sites refusent ces adresses temporaires donc je teste jusqu’à ce qu’un de ces trois sites fonctionnent.

Hier, je suis tombé sur un site qui refusait ces services. Avec mailinator.com, c’est passé comme une fleur. Je le rajoute donc dans ma liste, en espérant que cela vous serve également…

Share

Non je ne suis pas un psychopathe et non je ne vais pas vous montrer des images de victimes de radiations nucléaires !

Le site que je vous présente, Nukemap, a au contraire pour but de sensibiliser l’opinion publique aux effets dévastateurs des armes nucléaires. Son créateur, Alex Wellerstein, est physicien à l’American Institute of Physics, et il a créé cette application pour faire prendre conscience à ses étudiants de l’impact d’une explosion nucléaire.

Le principe est le suivant : vous choisissez une ville, puis vous sélectionnez une bombe parmi des bombes existantes et enfin vous cliquez sur “Detonate”. Les cercles qui apparaissent délimitent des zones où les conséquences sont différentes.

Le cercle jaune indique en quelque sorte la taille de la boule de feu liée à l’explosion.

Le cercle vert délimite la zone dans laquelle les radiations entraînent 50 à 90 % de décès dans les semaines suivant l’explosion.

Le cercle rouge délimite la zone dans laquelle tous les bâtiments sont détruits et dans laquelle le taux de mortalité approche 100%.

Le cercle gris délimite la zone dans laquelle les dégâts sont très importants, les blessés et les morts nombreux.

Le cercle orange délimite la zone dans laquelle les victimes ont de graves brûlures.

Dans l’exemple ci-dessus, on voit qu’il ne reste rien de Paris et de sa banlieue, mais j’ai choisi une des bombes les plus puissantes. .

Un site inquiétant mais instructif : nuclearsecrecy.com.

Site repéré grâce à la chronique Internet matinale de Guy Birembaum sur Europe 1 et au site 7su7.be.

 

 

Share