EspaceRezo

Astuces, utilitaires, tutoriels, jeux, vidéos… que du bon pour apprendre et se divertir !

Affichage des articles marqués fichier

7972308-icone-mp3Un juge américain vient de déclarer illégale la revente de fichiers mp3, pourtant achetés légalement.

Un site, ReDigi, s’est spécialisé dans le commerce de ces fichiers… « d’occas’ », plus exactement il permet à des internautes de vendre leurs mp3 (acquis en payant) et à d’autres de les acheter à moindre coût. Selon ReDigi, cette pratique est légale car après la 1ère vente, certains droits s’éteignent (et on peut ainsi léguer, vendre…)

Cela va devenir compliqué puisque le juge vient de l’interdire. En gros, vendre un fichier mp3 reviendrait à le reproduire sur un autre support (disque dur par exemple), ce qui va à l’encontre des lois sur le copyright. Pour faire simple, si vous acheter un mp3, vous achetez une licence d’utilisation, et pas le fichier lui-même. Il est donc prohibé de le copier. Ce que fait ReDigi, en copiant votre fichier sur son serveur, et en le supprimant sur votre station.

Apparemment, il n’en est pas de même en vendant un CD car cela ne constitue pas une reproduction.

Comme on peut s’en douter, le juge avait été saisi par un major, à qui ReDigi semble faire du tort. Mouais… A voir.

Tout ça me fait bien marrer ! On ne peut pas revendre un mp3 que l’on a en plus fait l’effort de payer ! En revanche, on peut revendre un CD audio… que l’on a d’abord copié sur son PC, son portable, son lecteur mp3, donné à ses amis etc… !!! On marche sur la tête…

Du coup, on se demande si il ne vaut mieux pas “tester gratuitement les fichiers… pendant une durée indéterminée” ! (Je cite !)

Le plus drôle dans tout ça, c’est que Apple et Amazon s’y collent aussi ! Pas fous vous pensez bien… Il y a de l’argent à faire ! Amazon a même obtenu un brevet pour une technologie permettant de transférer un fichier mp3 vers un autre ordinateur avec suppression du fichier d’origine ! Là, je me marre encore plus…

Il reste à voir comment cela se passera en Europe, mais en attendant, je vais peut-être retourner sur un forum qui me permettra “de transférer un fichier mp3 vers un autre ordinateur SANS suppression du fichier d’origine” !

Share

Le saviez vous ? Il est possible de créer sa propre sonnerie pour iPhone.

Apple propose des sonneries, mais elles sont hors de prix (plus d’1 euro pour 30 secondes) donc autant les fabriquer soit même et vous verrez, ce n’est pas si difficile que cela.

Avant de commencer, la sonnerie doit être :

  • encodée en AAC;
  • d’une durée de 30 secondes maximum (certains préconisent de mettre 29 secondes);
  • au format M4R.

Avant tout chose, vous devez avoir iTunes avec vos musiques et votre iPhone connecté à cet iTunes pour pouvoir faire la synchronisation finale.

Les étapes à suivre :

  1. Allez dans les informations de votre musique via iTunes, puis dans “Options” pour définir le début et fin de votre nouvelle sonnerie.
  2. Convertissez la musique au format AAC, avec les informations indiquées dans l’étape précédente, cela va vous créer une version correspondant à votre sélection.
  3. Recherchez votre fichier dans l’Explorateur Windows ou avec Finder sur Mac et renommez l’extension de “m4a” en “m4r”.
  4. Importez votre fichier dans iTunes.
  5. Synchronisez votre iPhone.

Voici une vidéo qui explique toutes les étapes avec plus de détails :

Enfin, pour ceux qui ont plus de difficultés, rassurez-vous il existe plusieurs sites pour vous aider :

  • Audiko.net : permet de créer votre sonnerie à partir de votre fichier MP3.
  • MP3Kut : permet de couper votre MP3 et extraire la partie que vous désirez (présenté dans un article précédent).

Maintenant c’est à vous de créer vos sonneries !

Merci à Cédric de m’avoir donné l’astuce.

Share

Je vais vous présenter une astuce qui sert toujours, surtout quand on joue sur des petits jeux flash.

Lorsque vous allez sur un site Web de jeux et que vous en trouvez un qui vous plait, vous pouvez le télécharger si vous n’avez pas envie de le perdre. Mais une fois dans votre ordinateur, vous êtes obligé de le ré-ouvrir dans un navigateur Web et vous ne pouvez pas profiter alors de la possibilité d’y jouer en plein écran…

J’ai une solution, et elle se trouve ici : adobe.com.

C’est le Flash Player StandAlone (SA). Prenez soit la version “Projector”, soit la version “Projector et Debugger” en rapport avec votre système. Installez-le sur votre ordinateur et vous voilà avec un lecteur Flash indépendant des navigateurs. Il suffit d’ouvrir votre fichier “swf” avec ce Flash Player SA.

Avec ce petit programme, il est possible d’aller encore plus loin. En effet, avec la version “Projector”, vous pouvez transformer votre “swf” en exécutable “.exe” pour Windows et “.app” pour Mac OSX. Ce qui permet de s’affranchir complètement d’un lecteur Flash car celui-ci sera directement intégré dans l’exécutable.

Maintenant c’est à vous de jouer et amusez vous bien !

Share

Encore une mauvaise nouvelle, ou plutôt deux, pour les pirates du dimanche car deux services de partage de fichiers en ligne viennent à leur tour de déposer les armes.

Après la fermeture de Megaupload, le “direct download” a sérieusement vacillé. Heureusement, et c’est un peu la magie d’Internet, les autres sites de partage de fichiers ont absorbé la masse d’internautes qui ne savaient plus où télécharger leurs films et leurs musiques préférés.

FileServe et Wupload faisaient partie de ces sites alternatifs mais, face à la pression exercée par les autorités américaines, ils ont décidé de limiter leurs fonctionnalités, et d’interdire la fonctionnalité de partage de fichiers au public.

Bon, il faut bien le reconnaître, le “direct download” continue à prendre du plomb dans l’aile. Tout le monde se rend compte qu’il devient plus difficile de télécharger rapidement et que les hébergeurs nettoient régulièrement leurs espaces de stockage, afin d’éliminer les fichiers illégaux.

Personnellement, je pense que nous sommes un peu dans le creux de la vague et qu’il y aura certainement un nouveau site ou un nouveau service qui va prendre le relais et redonner des couleurs au “direct download”. Si vous êtes en manque de fichiers, il vous reste la mule à utiliser sous VPN (mais il faut payer pour avoir un service valable) et quelques logiciels P2P cryptés comme StealthNet.

D’ailleurs, est-ce certains parmi vous ont testé des solutions P2P sécurisées, c’est à dire avec lesquelles on ne risque pas de se faire gauler par HADOPI ? Qu’est-ce que cela donne au niveau vitesse de téléchargement et choix de fichiers ?

Share

Avec la fermeture des sites d’hébergement de fichiers, Megaupload en tête, et la surveillance d’HADOPI sur les réseaux P2P, vous êtes nombreux à me demander comment faire pour partager des fichiers en toute sécurité.

Je viens de trouver la solution. Et en plus ce moyen est écologique et ne coûte pas très cher…

Comme le gouvernement et les ayants-droits ont toujours une longueur de retard, vous devez avoir quelques années avant que l’HADOPI se dote d’éperviers :wink: .

Share

Encore une petite parodie de la série phare de Canal+. Mais celle-ci est d’actualité puisque Côme et Antoine reviennent sur la fermeture de Megaupload.

On y retrouve avec plaisir tout ce qui faisait le charme (ou pas d’ailleurs) de l’ancien hébergeur de fichiers : le visionnage des séries, la limite des 72 minutes, l’abonnement à vie pour 199 euros…

Bref, c’était le bon temps quoi !

Share

Hier soir, je me suis fait une soirée sans Internet : sport, film et dodo. Je me réveille ce matin et j’apprends que le FBI a fait fermer le plus grand site de partage au monde : Megaupload, 13ème site le plus visité au monde !

Conclusion : dès que je ne suis pas sur la Toile, c’est vite le foutoir ! Mais trêve de plaisanterie car l’heure est grave.

En effet, en étudiant un peu la question, j’ai compris que le FBI n’avait pas saisi tout le matériel de Megaupload mais seulement la partie américaine qui était hébergée par la société Carpathia Hosting (Virginie). Le FBI a également arrêté pas mal de monde, dont le fameux Kim Dotcom (ou Kim Schmitz) qui est le PDG de Megaupload.

De plus, les américains auraient (mais alors là, c’est à vérifier) réalisé un blocage de DNS sur le site de Megaupload. En gros, il aurait coupé la liaison entre l’adresse du site et le contenu du site. Du coup, le site n’est plus accessible en tapant son adresse dans les moteurs de recherche. Comme les américains contrôlent l’ICANN, qui gère ces fameux DNS, ils sont en mesure de couper n’importe quel site, où qu’il soit situé dans le monde ! Tous les abus sont donc possibles.

Bon alors, on télécharge où maintenant ? Car ce n’est pas avec nos salaires de misère que l’on va profiter d’un peu de Culture, me souffle un lecteur assidu. Pas de panique, les sites d’hébergement de fichiers pullulent. Ils vont sans doute voir leur croissance s’accélérer comme par enchantement.

Par contre, les représailles s’annoncent terribles car le groupe Anonymous lance une sorte de croisade contre la censure sur le Net. De nombreux sites d’ayants droits ont été immédiatement piratés et des cyber-attaques contre des sites officiels ont été lancées. Les anonymous ont notamment réussi à bloquer le site du FBI.

Et du côté des utilisateurs, ça donne quoi ? Et bien vous pouvez tous dormir tranquilles car ils ne vont pas mettre 150 millions d’internautes en prison. Par contre, les possesseurs de comptes premium ne rentreront sûrement pas dans leurs frais. A moins que Megaupload ne rebondisse, en attendant de gagner, je l’espère, son procès (s’il y a procès d’ailleurs car avec les dictatures, on ne sait jamais).

Enfin, il est à noter que notre cher Président de la République s’est très rapidement réjoui du coup d’éclat du FBI. Les amoureux de la Liberté d’expression et de l’Internet libre apprécieront sans doute ce geste au moment de glisser leur bulletin dans l’urne…

Share

Récemment, j’ai eu besoin de connaître le nombre de mots contenus dans un texte. Comme j’étais un peu pressé, je me suis mis à compter directement les mots affichés à l’écran et… c’est pénible et long.

J’ai arrêté à 82 et j’ai cherché dans Google. Je suis tombé sur plusieurs moyens d’arriver à mes fins, sans compter à la main comme un couillon.

Si vous utilisez Word : il faut ouvrir le menu “Propriétés” ou “Outils” (selon votre version) et se rendre dans la rubrique “Statistiques”. Vous trouverez plusieurs informations dont le nombre de mots.

Avec Open Office : il faut ouvrir le fichier, se rendre dans le menu “Outils”, puis “Statistiques”.

Enfin, il existe quelques outils en ligne qui fonctionnent très bien. Je vous propose Word Counter and Frequency Tool qui est vraiment simple à utiliser.

Ouvrez le site et copiez votre texte dans le cadre de gauche. Dans le cadre de droite s’affichera directement le nombre de mots mais également un bon nombre d’informations comme la fréquence d’utilisation de chaque mot.

Share

Qui n’a pas déjà effacé une photo par inadvertance sur son appareil ?

Comme souvent sur un support de stockage, seule la référence au fichier a été effacée, mais physiquement, le fichier existe encore. Un logiciel gratuit, Recuva, édité par Piriform, va vous permettre de récupérer les fichiers récemment supprimés sur votre carte mémoire.

Téléchargez Recuva sur le site de Piriform, installez-le et lancez-le. Sélectionnez ensuite le type de fichier à rechercher :

Spécifiez l’emplacement où le fichier doit être recherché :

Choisissez le fichier à restaurer

Cliquez sur “Recover” et Recuva fait le reste !

Notez également que Recuva gère tous les fichiers effacés sur n’importe quel disque ou clé USB !

Un logiciel qui peut vous sauver la vie sur piriform.com.

Share

Imaginez que vous êtes au boulot et qu’il faut que vous convertissiez rapidement un fichier image au format “bmp” en “jpg”. Vous n’avez pas votre Liberkey sur vous et il vous est interdit d’installer le moindre logiciel sur la machine qui se trouve en face vous ! Pas de bol…

Heureusement, il existe Fileminx, un site gratuit et sans publicité, qui effectue pour vous des conversions de base. De nombreux formats sont reconnus :

documents : DOC, DOCX, LWP, MediaWiki, ODT, PDF, RTF, TXT, Word 6, Word 97-03, WPS.

images : BMP, GIF, ICO, JPEG, JPG, PCX, PIC, PICT, PNG, PSD, SUN, TGA, TIF, TIFF, WMF

musique : AAC, AIF, AIFF, AU, FLAC, iPhone, iPod, MKA, MP2, MP3, OGG, RA, SND, VOC, WAV, WMA

vidéo : 3G2, 3GP, ASF, AVI, DIVX, DVD, Flash, GIF, iPod, MKV, MOV, MP4, MPEG, MPG, PSP, RM, WMV, XVID

Le petit plus du site : on vous propose automatiquement plusieurs formats possibles pour votre fichier.

Un convertisseur en ligne vraiment pratique sur fileminx.com.

Share