EspaceRezo

Astuces, utilitaires, tutoriels, jeux, vidéos… que du bon pour apprendre et se divertir !

Affichage des articles marqués jouer

2048

Ce week-end, j’ai découvert un petit jeu flash vraiment très addictif : 2048. Apparemment, cela fait déjà un moment qu’il tourne sur les ordinateurs, tablettes et autres téléphones portables, et il fait un carton !

Le but est très simple : empiler les tuiles identiques jusqu’à obtenir la tuile “2048” ou, si vous perdez avant, réalisez le plus grand score.

Ce casse-tête se joue avec les touches fléchées. La musique peut être désactivée.

Mieux que des tonnes d’explications, il suffit de se lancer. Personnellement, j’adore…

Jouez maintenant !

D’autres petits jeux gratuits et sans inscription sur espacejeux.fr.

Share

risen

Risen est un petit jeu flash sans prétention au premier abord mais qui requière un peu d’adresse et surtout beaucoup de réflexion.

Le but du jeu est simple : vous devez diriger au clavier (avec les flèches) un petit égyptien et le conduire jusqu’à la porte de chaque niveau.

Outre ses capacités athlétiques (il peut sauter) et les nombreux leviers à actionner, le petit personnage dispose d’une “petite boule” qu’il peut lancer puis se téléporter dessus à volonté. Cette particularité rend le jeu original et vraiment prenant.

La difficulté va croissante et vous serez rapidement obligé de réfléchir un peu pour compléter les 30 niveaux que compte ce jeu.

Jouez maintenant !

D’autres petits jeux gratuits et sans inscription sur espacejeux.fr.

Share

minecraft_logoApparemment, certains d’entre vous ont été intéressés par le billet où j’expliquais rapidement comment se monter un petit serveur perso pour Minecraft.

Cela ne m’étonne pas car ce jeu est vraiment tip top et peut être joué à n’importe quel âge : tout le monde y trouve quelque chose à faire…

Depuis la mise à jour 1.7.2, il est possible d’ajouter un petit logo à côté du nom de son serveur, dans la liste “multijoueur”.

La manipulation est très simple. Il suffit de se fabriquer un petit logo de 64 x 64 pixels et de le sauver sous le nom “server-icon.png“. Puis vous le placez simplement dans le dossier où se trouve votre serveur, à la racine.

Je l’ai fait pour mon serveur :

minecraft_logo_serveur

Bon cela ne va pas révolutionner votre façon de jouer mais cela donnera un air un peu plus “pro” votre installation.

Share

minecraft_logoÉtant un passionné de jeux vidéo, je ne pouvais passer à côté de Minecraft. Jusque là, les graphismes épurés (voire même très épurés) de ce jeu m’avaient toujours rebutés et mon expérience d’aventurier s’était contentée d’un simple atterrissage dans le jeu, suivi d’une désinstallation avant d’aller vomir (oui, je suis assez sensible à la qualité graphique :wink: ).

Mais il ne faut jamais dire “jamais” et, sous l’insistance de copains joueurs, j’ai réinstallé le jeu, j’ai ajouté un pack qui améliore les textures et j’ai plongé

Pour ceux qui ne connaissent pas, Minecraft est un jeu aux multiples facettes, ce qui fait que tout le monde peut y trouver son bonheur. Comme je suis fainéant, un petit tour sur Wikipedia pour présenter le jeu :

Minecraft est un jeu vidéo indépendant de type Bac à sable (construction complètement libre) développé par Markus Persson, plus connu sous le pseudonyme de Notch par la communauté. Il reste toujours en développement et reçoit régulièrement des mises à jour.

Donc effectivement, Minecraft est un jeu de construction où il est possible d’interagir avec l’environnement afin de le faire évoluer et de le transformer à sa convenance.

Personnellement, je suis fan du mode de jeu “survie” où l’on débarque tout nu dans un univers “vierge” et où il faut se fabriquer ses outils, trouver de la nourriture, construire sa maison… Bref tout ce qu’il faut pour ne pas se faire croquer par les monstres qui apparaissent la nuit.

minecraft_1

Comme pour tous les jeux, Minecraft est encore plus rigolo à plusieurs. C’est pour cela que j’ai rapidement transformé mes parties solo en parties multijoueurs.

Je vais vous proposer deux façons d’héberger une partie multijoueurs. Il y a cependant quelques pré-requis à respecter :

  • les joueurs doivent avoir la même version du client du jeu,
  • le firewall de l’ordinateur hôte doit laisser passer le jeu.

1. Transformer une partie solo en partie multi :

Pour cela, c’est très simple : une fois la partie solo lancée, vous cliquez sur “Echap” et vous sélectionnez “ouvrir au réseau local“. Le numéro de port apparaît. Il suffit d’ajouter devant l’adresse IP de votre machine. Vous obtenez un truc du type : 86.12.35.64:51716 (adresse imaginaire). Il suffit de donner cette adresse à ceux qui veulent vous rejoindre et c’est parti.

2. Créer un serveur dédié chez soi.

Lorsque je partage une partie solo, j’ai remarqué que plus il y a avait de joueurs et plus mon ordinateur ramait. Du coup, comme j’ai plusieurs ordinateurs sous la main, j’en ai dédié un spécifiquement pour faire tourner un petit serveur Minecraft sans prétention. Je me suis tourné vers un serveur Bukkit et plus précisément vers BukkitGUI qui possède une interface graphique très pratique. Pour faire très simple :

  • vous téléchargez BukkitGUI sur dev.bukkit.org
  • vous récupérez un fichier “.jar” sur dl.bukkit.org (personnellement je prends le dernier “beta build”)
  • vous lancez BukkitGUI et vous vous rendez sur l’onglet “Options du lanceur”
  • vous indiquez au programme où se trouve le fichier”.jar” dans votre ordinateur
  • vous lancez le serveur avec “Démarrer”.

Il suffit alors de donner votre adresse IP suivi du numéro de port (25565 par défaut il me semble) à tous ceux qui veulent vous rejoindre. L’intérêt d’utiliser une solution Bukkit réside dans la quantité de plugins qu’il est possible d’ajouter très facilement à votre serveur afin de customiser.

minecraft_2

Notez que cette solution du serveur que l’on créé chez soi n’est pas la panacée. L’idéal serait de monter un véritable serveur dédié hébergé en ligne sur un ordinateur puissant qui serait doté d’une bonne borne passante. Personnellement, je trouve que cette solution conviendra très bien à tous ceux qui veulent débuter sur Minecraft sans se prendre la tête, et tout en maîtrisant pas mal de paramètres.

Pour conclure, je dirai que je sais bien que vous êtes déjà très nombreux à jouer à Minecraft et que la majorité d’entre vous doit déjà connaître parfaitement le fonctionnement d’un serveur Minecraft. J’ai écrit ce billet pour les autres, afin de leur éviter de passer trop de temps à chercher comment monter un serveur d’appoint. N’hésitez pas à compléter mon propos dans les commentaires de ce billet.

Share

tera_logoEn tant que joueur compulsif et impénitent, il m’arrive fréquemment de tomber dans l’enfer du jeu vidéo. Ces périodes durent plus ou moins longtemps selon la qualité, et la durée de vie des jeux.

J’ai par exemple passé pas mal de temps sur Legend of Grimrock puis sur Borderlands 1 puis 2, pour ne citer que les plus récents. Il y a quelques mois, j’ai fait l’erreur d’installer Tera Online sur ma machine :) . Depuis, je passe une bonne partie de mon temps libre sur ce super jeu et je me suis fait plein de nouveaux copains.

Tout d’abord je vais vous présenter rapidement Tera. C’est un jeu de rôle en ligne qui ressemble, pour faire très simple, à World of Warcraft, le plus célèbre des jeux de ce style. Il est développé par Bluehole Studio et est exploité en Europe par Gameforge, un des leaders du secteur.

Comme je suis particulièrement fainéant, et surtout que vous trouverez des présentations très complètes de ce jeu sur Internet, je vais orienter mon propos sur ce qui me branche dans ce jeu.

Tout d’abord, le jeu est vraiment très beau, surtout si vous avez une machine capable de le faire tourner avec toutes les options à fond. Son thème également me convient très bien : médiéval fantastique.

tera_screenshot

La présence de nombreuses classes très différentes rend le jeu très riche :

– les prêtres et mystiques soignent et buffent,
– les lanciers et guerriers tankent,
– les archers et sorciers attaquent de loin,
– les pourfendeurs et bersekers font de gros dégâts au corps à corps.

A cela, ajoutez la possibilité de choisir la race de son personnage et de fignoler son apparence et vous serez certain de jouer avec un avatar qui ne ressemble pas aux autres.

Une fois votre personnage créé, vous allez rapidement arriver sur l’île du débutant où vous seront expliquées les ficelles du jeu. Comme dans la majorité des jeux, vous devez rencontrer des personnages (PNJ) qui vous donneront des missions à remplir afin de gagner des points d’expérience. Ces points permettent de changer de niveaux. Il y en a 60 pour l’instant.

A chaque niveau, vous débloquez de nouvelles compétences et de nouveaux sorts. Un système de glyphes à acheter, un peu long à expliquer ici, permet d’améliorer certaines caractéristiques de votre personnage et de les adapter à votre façon de jouer.

Personnellement, j’ai trouvé le début un peu barbant parfois car j’avais choisi de jouer seul pour découvrir le jeu tranquillement. Et puis je ne pensais pas y rester scotché. Heureusement, au fil de la progression, vous devez vous mesurer à des bestioles plus solides. Il faut alors se grouper avec d’autres joueurs (maximum 5) pour remplir la quête (on les appelle Q5). L’équipe doit être équilibrée (tank, healer, dps) pour vaincre.

Dans le même genre, l’aventure est parsemée d’instances, des donjons, qui changent de l’ordinaire et dans lesquels il vaut mieux être bien accompagnés. Bien entendu, c’est dans ces donjons, ou en éliminant les plus gros monstres, que l’on gagne le plus de sous et surtout, que l’on “droppe” le plus d’objets pour s’équiper.

Personnellement, j’ai dû mettre un peu plus d’un mois pour passer 60. D’autres vont nettement plus vite (quelques jours) en utilisant des potions d’XP fournis aux abonnés ou à ceux qui lâchent des euros. Ça va donc relativement vite et c’est tant mieux car une grande partie de l’intérêt de ce jeu se révèle au niveau 60 avec l’accès aux Nexus (sorte de batailles géantes contre des monstres), l’accès aux champs de bataille PVP, et l’ouverture de donjons très difficiles (Kelsaïk, Corpus Argon et Manaya par exemple).

Pour résumer, jusqu’au niveau 60, c’est la course à l’XP. Après 60 c’est la recherche du meilleur équipement possible pour rentrer puis tenir le coup dans les gros donjons.

Venons en au “cash shop“. Comme vous le savez, je suis particulièrement radin et je n’aime pas payer d’abonnement mensuel, surtout que je ne sais jamais trop à l’avance si je vais avoir beaucoup de temps pour jouer. Et bien je peux vous rassurer : sans abonnement, on peut très bien jouer à Tera. Vous ne serez pas pénalisé au niveau de votre progression ou bridé comme dans d’autres jeux. Vous irez un peu moins vite dans votre leveling mais vous arriverez au même point que ceux qui payent.

Enfin, je vous conseille vivement d’intégrer rapidement une guilde afin de bénéficier des conseils des vétérans. Un haut level peut aussi débarquer et vous finir quelques Q5 pour accélérer votre progression vers le fameux niveau 60. L’utilisation d’un logiciel de communication vocale, de type Teamspeak ou Mumble est alors fortement conseillé.

tera_screenshot tera_screenshot2

Pour conclure, je dirai que Tera est un super jeu, surtout pour du gratuit. J’y ai rencontré des joueurs très sympas avec qui je prends du plaisir à discuter tout en jouant. Si vous décidez de franchir le pas, ou si vous êtes déjà dans le jeu, n’hésitez pas à me le signaler dans les commentaires. Je pourrai peut-être vous donner un petit coup de main

Le jeu est à découvrir sur tera-europe.com.

Share

cheese_hunt

Dans ce petit jeu, vous allez devoir vous servir des éléments du décor pour amener le fromage devant le trou de la souris. Pour interagir avec les objets, il faut manœuvrer le petit caillou (ou bonbon peut-être).

Il faut réfléchir un peu, surtout pour les derniers tableaux.

Tout se joue à la souris. Il y a 30 niveaux en tout. Et la musique est, heureusement, désactivable.

Jouer maintenant !

D’autres petits jeux gratuits sur espacejeux.fr.

Share

sticky_blobs

Voici un nouveau petit jeu pour égayer votre soirée. Sticky Blobs nécessite un peu réflexion et la physique (pesanteur entre autres) joue un grand rôle.

Vous allez devoir donner un coup de main aux Blobs pour attraper les petites framboises. Pour cela, il faut les dupliquer de manière intelligente. La technique est simple : cliquez sur un blob et tirez dans la direction que vous souhaitez. Mais attention, vous ne disposez que d’un certain nombre de blobs. La réserve se situe dans la jauge à gauche de l’interface. Les blobs peuvent également être éliminés afin de recharger la jauge.

Si vous attrapez en plus les étoiles, votre score sera d’autant plus grand.

Il y a 80 tableaux répartis dans 4 mondes.

Jouer maintenant !

D’autres petits jeux gratuits sur espacejeux.fr.

Share

crazyoldman

Aidez le “vieux monsieur tout cinglé” à s’échapper de l’asile.

Comme le malade en question est particulièrement dérangé, il est accompagné d’un double virtuel. Celui-ci peut apparaitre ou disparaitre à volonté, et surtout peut donner un coup de main pour déplacer des caisses.

L’objectif est de sortir de chaque niveau en prenant la porte. Certains tableaux risquent de vous faire travailler les méninges.

Il y a 21 niveaux.

Utilisez les flèches directionnelles pour déplacer le personne. La barre “espace” fait apparaître ou disparaître le double. Et n’hésitez pas utiliser la touche “R” pour recommencer le niveau quand vous serez coincés.

Jouer maintenant !

D’autres petits jeux gratuits sur espacejeux.fr.

Share

Image de prévisualisation YouTube

Même si Starcraft 2 ne m’a amusé qu’un petit mois, sans doute à cause de l’absence d’un mode LAN officiel et d’un renouveau dans les unités, voici une splendide vidéo de son add-on “Heart of the Swarm“, qui va pointer le bout de son nez le 12 mars 2013.

Comme d’habitude, Blizzard sait mettre l’eau à la bouche des joueurs avec des cinématiques impressionnantes. De plus, cette extension fera la part belle aux Zergs, qui est sans doute la civilisation la plus rigolote à jouer…

Share

bubble_bobble_the_revival

 Le dernier jeu que je vous ai proposé en 2012 était Snow Bros. Je ne pouvais débuter cette année sans mettre la barre un peu plus haute, ou du moins essayer.

J’ai donc fouillé dans mes favoris et je vous ai déniché un clone du jeu d’arcade mythique “Bubble Bobble”. Vous dirigez un petit dinosaure qui doit mettre les ennemis dans une bulle avant de les exploser en sautant dessus.

Les puristes vont sans doute crier au scandale mais cette adaptation est assez réussie et l’on retrouve quelques unes des sensations que l’on a en jouant au véritable Bubble Bobble.

Comme je n’ai pas eu le temps, et surtout que je dispose du jeu original qui tourne avec un X-Arcade, je ne peux pas vous dire s’il y a effectivement les 100 niveaux avec le boss rebondissant à la fin. Je compte bien sur quelques joueurs passionnés pour nous l’indiquer dans les commentaires de ce billet.

Utilisez les flèches du clavier pour déplacer le personnage et la barre “Espace” pour lancer les bulles.

Jouer maintenant !

D’autres petits jeux gratuits sur espacejeux.fr.

Share