five petiteEn petit préambule, je vous rappelle que Wiko est une boîte française qui s’est associée à un industriel chinois pour proposer des téléphones mobiles double-sim très intéressants. Les appareils mis sur le marché sont non seulement performants, mais ce sont surtout les tarifs pratiqués qui attirent l’œil, car ils sont vraiment très abordables !

Le Five est le cinquième et dernier modèle de la gamme CINK. Il remplace le King son aîné et se distingue principalement par son écran de 5 pouces HD, son processeur Quad Core et la compatibilité H+ qui le rend prêt pour la 4G.

Rapidement ses caractéristiques principales :

  • HSPA+
  • Android 4.1.2 Jelly Bean
  • Écran capacitif 5’’, HD, IPS
  • 1.2 GHz, Quad Core, Cortex-A7
  • APN 8.0 MP, OmniBSI+™, Autofocus, Flash LED
  • Caméra frontale 2.0 MP
  • Mémoire ROM 4Go
  • Mémoire RAM 1Go
  • USB OTG
  • Mémoire extensible jusqu’à 32Go
  • Batterie 2000 mAh Li-Po

Bref, que du bon… De tous les smartphones Wiko, c’est sans aucun doute ce Five que nous espérions voir passer entre nos mains, Yann et moi. Nos espérances ont été comblées puisque Wiko nous a prêté l’appareil quelques jours. Nous les en remercions vivement d’ailleurs.

Et je ne vais pas y aller par quatre chemins : ce smartphone m’a beaucoup plus… oui vraiment beaucoup.

Tout d’abord parce que ce Five dispose, comme son nom l’indique, d’un “grand écran” (pour un smartphone) de 5 pouces. Comme vous le savez si vous suivez ce blog, j’ai investi il y a quelques mois dans un Galaxy Note 1 (GN) et j’avais bien envie d’essayer un autre modèle “géant”. Et bien figurez-vous que, tout en ne valant que la moitié du GN (estimation à la louche), le Five soutient la concurrence.

Il est réactif et tout à fait fonctionnel : un véritable plaisir à utiliser. Comme son écran est légèrement moins large que le GN (environ 1 cm), il tient parfaitement dans la main et dans une poche.

gamme wiko

Son design est simple et épuré, ce qui ne me dérange pas, au contraire même. Les modèles noir et blanc sont classiques, mais la coque arrière bleu/violette de notre modèle d’essai risque de ne pas plaire à tout le monde. J’aime moyennement la taille de l’APN qui dépasse légèrement au dos de l’appareil et qui forme une espèce de patte centrale sur laquelle repose le smartphone lorsqu’on le pose à plat. C’est pourtant une caractéristique commune à l’ensemble des modèles Wiko. Une question de goût sans doute.

C’est Android, le système d’exploitation phare de Google, qui fait fonctionner la bête. On a droit à la version Jelly Bean, sans surcouche à la noix. Du Android pur et dur qui va bien. Bien épaulé par son processeur à quatre cœurs, la machine est rapide en utilisation normale et sur les jeux. Les vidéos tournent également parfaitement, même en HD.

J’ai bien aimé également la possibilité d’ajouter une carte sim sans éteindre le portable, car les emplacements SIM ne se situent pas sous la batterie. Un détail sans doute mais je le trouve bien pratique, surtout si l’on a besoin d’utiliser à l’arrache le second slot SIM.

Enfin, c’est son prix qui me branche le plus : moins de 200 euros pour l’avoir tout nu, sans forfait, c’est vraiment intéressant !

Bon, comme je ne suis pas vendeur Wiko, j’ai déniché quelques petits points négatifs. J’aurai aimé personnellement au moins un bouton “physique” sur l’avant de la machine pour pouvoir l’allumer plus rapidement. C’est sans doute une habitude prise avec le GN. Je trouve également moins pratique de placer la prise d’alimentation au dessus de la machine. Le Five ne loge pas sur ma base maison.

Enfin, j’ai l’impression que l’écran est un peu plus sensible aux traces de doigts (toujours par rapport au GN1). Comme je suis maniaque, je passe plus de temps à les effacer…

Pour conclure, une chose est très claire : si je devais changer de téléphone aujourd’hui, je ne claquerais pas 500 euros dans un smartphone et je prendrai ce Wiko Five parce que finalement, et surtout vu son rapport qualité/prix, il correspond parfaitement à l’utilisation que j’en eu la semaine où je l’ai testé.

La seule interrogation que je pourrais me poser se situe au niveau de la robustesse de l’engin. Je ne l’ai eu qu’une semaine entre les mains. J’aimerais bien savoir comment va vieillir la machine : écran, coque…

Et puis comme je suis définitivement passé du côté obscur des smartphones avec écran géant, je peux vous dire que j’attends avec impatience le prochain modèle de Wiko. Mon petit doigt (et surtout la plaquette commerciale que nous avons reçue avec le Five) parle d’un Darkside avec écran de 5,7″… Humm, j’en frémis d’impatience !

A ce rythme, on se dit même (Yann et moi) que Wiko ne va pas tarder à fabriquer des tablettes. Si ce n’est pas le cas, on leur soumet fortement l’idée et on attend de voir ce qu’ils seront capables de faire et à quel prix…

 Plus d’infos au sujet du Wiko Cink Five sur Wikomobile.com.

{lang: 'fr'}