Une étude, parue semble-t-il le jeudi 3 février 2011 aux Etats-unis (mes recherches ne m’en ont pas appris plus sur cette source), avance que la capacité de stockage informatique actuelle équivaut à peine à moins d’un centième de celle stockée dans l’ADN humain.

Les chiffres de cette étude mystère précisent qu’en 2007 toutes les capacités de stockage réunies se montaient à 295 exaoctets (ajoutez 20 zéros pour obtenir le chiffre complet).

Pour information, l’ADN, l’acide désoxyribonucléique (mais est-il nécessaire de le rappeler puisqu’on l’emploie tous les jours sous cette forme lexicale ?) est une macromolécule formée d’une multitude de molécules qu’il faut correctement appeler nucléotides. Ceux-ci sont constitués, entre autres, d’un élément appelé base azotée.

Il existe 4 bases principales pour coder l’information sous forme de séquences, des séquences qu’on peut comparer avec celle utilisée en Informatique : la base binaire (0 et 1). Si une séquence binaire que nous appellerons Octet correspond à 256 états (2^8) voici ce que donne une séquence quadrinaire (permettez-moi le néologisme) : séquence génétique.

Lorsque l’on voit ce que l’Homme peut faire avec deux bases seulement (0 et 1), imaginez ce que Dame Nature peut faire avec 4 bases !

Mais je n’irai pas plus loin dans mes explications car je n’ai ni les connaissances nécessaires à un tel exposé, ni la justification pour sortir de mon sujet. Bref ! Si les chiffres annoncés par cette étude donnent déjà le tournis, ils forcent l’humilité dès qu’on les compare avec ceux dont la nature nous a dotés.

Pour ceux que je n’ai pas découragés, je vous propose un petit résumé de cette étude, publié sur lesechos.fr et un second sur le même site subtilement nommé : Le vertige des mémoires informatiques.

{lang: 'fr'}