EspaceRezo

Astuces, utilitaires, tutoriels, jeux, vidéos… que du bon pour apprendre et se divertir !

Affichage des articles marqués web

Avec ces histoires de fuites au BAC 2011, on se rend compte de l’importance d’Internet dans notre vie sociale. Une personne poste une partie d’un sujet sur un forum et 48h plus tard, c’est le ministre de l’Éducation Nationale, en personne, qui en prend plein les dents et qui est obligé de prendre des mesures. Les informations se répandent à une vitesse inimaginable !

Un petit point sur l’affaire de la fuite du sujet du BAC 2011 en série S : le désormais célèbre Chaldeen serait actuellement en garde à vue dans les locaux parisiens de la police judiciaire, avec son frère. Il risque de “manger chaud”, c’est dire trois ans de prison et 9000 euros d’amende.

De son côté, Luc Chatel, notre ministre de l’Éducation Nationale, a décidé de ne pas annuler l’épreuve du bac S mais de “neutraliser le premier exercice” et de faire noter l’épreuve sur les trois exercices restants. Le problème, c’est que ce premier exercice était relativement facile, et certains élèves pensent logiquement qu’ils vont perdre des points.

Du coup, une pétition circule contre la décision du ministre. Elle est soutenue par l’Association des professeurs de mathématiques, la FCPE, les syndicats FIDL et UNL… C’est déjà la grande panique !

Mais, la fuite ne s’arrête pas là. Des reporters de RTL affirment que des SMS (merci encore les nouvelles technologies) tournaient sur les portables de lycéens parisiens avec les sujets d’Anglais et de Physique, toujours en section S. La confirmation est tombée mercredi matin lorsque les sujets ont été ouverts. Des fuites auraient également eu lieu avec l’épreuve de Mathématiques en ES. Vous trouverez quelques sons et les images en question sur rtl.fr.

Et dire que s’il y avait eu Internet quand j’ai passé mon BAC, j’aurai peut-être eu une mention !

A partir d’aujourd’hui, je milite pour que l’on rajoute une nouvelle mention : “BAC obtenu sans avoir lu les sujets la veille”…

Share

Citroulette est un site qui reprend l’idée du célèbre Chatroulette. Ce dernier permet de mettre des internautes en relation de manière aléatoire via webcam.

Citroulette ne fait pas tourner les discussions mais les sites. Concrètement, à chaque fois que vous appuyez sur le gros bouton rouge situé dans le bandeau du haut, un nouveau site vous est proposé de manière aléatoire, parmi une liste de sites sélectionnés et vérifiés.

Il y a actuellement environ 400 sites qui tournent. C’est largement suffisant pour satisfaire les zappeurs compulsifs que nous sommes.

Faire défiler les sites sur citroulette.com.

Encore un grand merci à Darkadok qui est vraiment très actif en ce moment !

Share

Heureusement, il existe un site qui vous permettra de faire un “point concret sur une situation très problématique”.

Ce site, c’est perdu.com et, comme vous allez immédiatement le constater puisque vous êtes aussi curieux que moi, vous vous rendrez compte qu’il vous indique exactement l’endroit où vous vous trouvez sur Internet.

Plus sérieusement, ce site est un détournement du concept du “vous êtes ici”, souvent affiché sur les arrêts de bus ou sur des panneaux indicateurs. Il est constitué d’une seule et unique page qui indique par un astérisque l’emplacement où vous êtes sensé être.

Grâce à Wikipedia, j’ai également appris que cette page était assez célèbre (elle existe depuis 1996 !) et qu’elle est souvent utilisée par les administrateurs réseaux pour tester les connexions des machines dont ils s’occupent. Son interface minimaliste est très réactive et renvoie des réponses HTTP très rapides.

Un grand merci à Darkadok pour cette trouvaille partagée par mail.

Share

Chaque jour, je vous propose, dans mes billets, ce qui m’intéresse au moment où je rédige. Le plus souvent, je vous parle de ce qui m’apparaît comme “le meilleur” du Net. Mais, comme vous le savez tous car vous n’êtes pas tombés de la dernière pluie, Internet recèle également de sites et de vidéos qui ne sont pas jolies jolies.

Rassurez-vous quand même, je ne vais pas vous parler de trucs supers crades ou vous montrer des vidéos qui heurtent la morale mais je suis tombé, cet après-midi, sur une petite guéguerre par vidéos interposées entre des internautes qui sortent franchement de l’ordinaire car ils sont omniprésents sur les sites d’hébergement de vidéos.

Donc, au départ, il y a Jean Michel du 59 qui s’éclate à faire des reprises toutes moisies. Joharno, qui se prend pour une star du Web, prend sur lui de lui dire que ses reprises sont de la merde. D’un côté, ce n’est pas faux. Mais notre sympathique nordiste a le droit de faire ce qu’il veut. Le problème, c’est qu’il est susceptible. Il décide donc de se rebeller et de pourrir Joharno dans des vidéos.

C’est là qu’entre en scène un groupe de sombres imbéciles (ou de gars qui s’amusent à faire monter la sauce, je n’arrive pas à savoir) qui tentent de défendre le nordiste courroucé, au grand damne de Badboy, un pote de Joharno qui est lui-même bien gratiné :

Jean Michel du 59 se fâche alors. Attention tout de même aux personnes sensibles au langage châtié car ça envoie bien :

http://www.youtube.com/watch?v=jTptN0VzPs4

Suite à cette grosse colère baveuse (au sens propre) et aux grosses hésitations de diction de Jean Michel du 59, Badboy se fend d’une cinglante réaction, toute en couleur, elle aussi. Et encore, il annonce qu’il ne va pas s’énerver :

Et puis il y a le Joharno qui en remet tranquillement une couche, l’histoire que l’on touche vraiment le fond du panier :

La grande classe quoi !

Au final, et peu importe le véritable ordre chronologique des vidéos ci-dessus, on rigole pas mal en les regardant car ces types ont vraiment de tronches à faire peur. On apprend également quelques expressions hallucinantes qui, elles, m’ont fait mourir de rire (merci Badboy)…

Et puis rassurez-vous, les gars s’attendent chacun chez eux tranquillement, derrière leur webcam, en pensant être les plus forts. Aucun risque qu’ils se mettent sur la tronche, donc ils peuvent finalement continuer à nous faire rire.

Pour conclure, et après y avoir réfléchi devant une bonne bière, je pense que tout ceci fait partie d’une thérapie de groupe. Mais il y a quand même du boulot !

Share

Elle envoie gravement du pâté la grand-mère !

Cette vidéo a été réalisée par l’Institut de l’Internet et du Multimédia (IIM) avec la participation de Lucienne du Petit Journal de Canal +.

Share

Derrière l’écran de votre ordinateur, il y a simplement la coque en plastique de celui-ci. Faites travailler vos méninges et imaginez, s’il était possible de regarder derrière votre navigateur pour voir le dos des pages Internet.

C’est exactement ce que propose ce site original qui décline le concept sur les pages les plus visitées d’Internet. Le dos de la page de Google ne présente pas vraiment d’intérêt mais celle de Youtube ressemblerait sans doute au dos d’un téléviseur :

L’envers d’une page Facebook serait encore plus insolite s’il était possible de voir l’intégralité de certaines photos :

Je vous laisse aller découvrir ce qu’il se passe derrière les pages de Twitter avec les petits oiseaux qui travaillent. Dommage qu’il n’y ait pas plus d’exemples car l’idée est amusante

Ce qu’il y a derrière les plus célèbres pages Web sur backofawebpage.tumblr.com.

Share

En voilà une question qui est intéressante… Mais c’est quoi une adresse IPv4 ?

Commençons par le début : chaque machine connectée à Internet est identifiée par une adresse IP (Internet Protocol). C’est une sorte de numéro personnel qui permet au réseau de repérer à quel endroit il faut envoyer les données. Au lancement d’Internet, c’est le protocole IPv4 qui a été choisi mais, avec l’évolution exponentielle du nombre de machines à connecter au Web, le nombre d’IPv4 disponibles est devenu insuffisant et il faut passer à l’IPv6.

Rentrons dans le détail : “Une adresse IPv4 est codée sur 32 bits (une succession de trente-deux 0 et de 1), traduits en système décimal par quatre nombres allant de 0 à 255, séparés par des points. Il peut donc exister 2 puissance 32 (environ 4,3 milliards) adresses différentes. Son successeur, IPv6, passe à 128 bits, ce qui donne 2 puissance 128, soit 340.282.366.920.938.463.463.374.607.431.768.211.456 adresses possibles” (source 20minutes.fr).

Pour faire simple, le réseau mondial doit passer du protocole IPv4 au protocole IPv6 pour que toutes les machines du monde puissent se connecter à Internet. Or le problème est double :

  • les deux types de protocoles ne communiquent pas directement entre eux,
  • et cela coûte cher de passer de l’un à l’autre car il faut que les fournisseurs d’accès adaptent leurs infrastructures.

Cela fait de nombreuses années que ce passage obligé a été identifié mais, comme souvent, on attend la dernière minute pour agir. Or la dernière minute est pour bientôt. En effet, on vient d’apprendre que l’APNIC (Asia Pacific Network Information Centre), qui gère les allocations d’adresses pour la région Asie-Pacifique, a distribué son dernier bloc d’adresses IPv4. La pénurie devrait s’étendre en Europe et au Moyen-Orient très rapidement.

Comme cette pénurie n’a pas été anticipée, c’est le foutoir et les grands acteurs du Web mettent en place des rustines technologiques pour que les utilisateurs ne pâtissent pas de cette situation. Ces solutions consistent principalement à exploiter au maximum les dernières adresses IPv4 en regroupant plusieurs utilisateurs sur une adresse ou à tenter de faire dialoguer entre eux l’IPv4 et l’IPv6.

On tire sur la corde un peu plus pour ne pas faire d’investissements et ces manipulations risque de mettre en péril l’équilibre d’Internet : gros ralentissements dus à des goulets d’étranglement, vulnérabilité accrue du réseau…

En conclusion, l’utilisateur de base ne devrait pas se rendre compte de ce qui se joue, ni subir de dommages collatéraux car toutes les machines communicantes actuelles savent gérer l’IPv6. Mais, comme d’habitude, pour faire quelques économies, on risque de déséquilibrer et d’affaiblir le réseau mondial incontournable : Internet.

Au passage, un grand merci à Darkadok qui m’avait alerté sur ce sujet, il y a quelques semaines.

Share

J’avoue que je ne suis pas un très grand fan des poissons d’avril car ces blagounettes sentent souvent le réchauffé, ou le poisson pané, pour rester dans le thème.

Mais il faut bien reconnaître que, parfois, on peut tomber sur des idées originales et vraiment amusantes.

Après avoir fait le tour du Web, je note que la tradition est respectée et que les canulars ont fleuri sur la Toile. Celui qui m’a le plus amusé est sans conteste le fameux “LDLC change de cap et vous amène au large” que vous pouvez découvrir sur le site de LDLC.

Il faut bien reconnaître qu’il fallait vraiment avoir de l’imagination pour nous proposer cette fameuse “carpe graphique” !

A découvrir aujourd’hui exclusivement sur LDLC.

Share

De nos jours, tout le monde sait ce qu’est une erreur 404.

Dans le doute, je rappelle qu’on appelle erreur 404 une page Web sur laquelle un lien erroné nous a conduit. En intégrant un code particulier dans toutes les pages de leur site, les administrateurs de site orientent donc leur visiteur sur la fameuse page 404.

Celle-ci, en général, laisse sobrement apparaître le message “Erreur 404” avec plus ou moins d’explications sur l’impasse dans laquelle on se trouve.

Il faut tout de même savoir que cette page 404 est une page Web comme une autre qu’il est tout à fait possible d’enjoliver ou de “customiser” ; mais il semble que le peu d’intérêt que portent les visiteurs à cette page ne suscite pas l’envie des administrateurs à consacrer plus de temps à son “habillage”.

Pourtant quelques administrateurs ont pris le temps de “perdre leur temps” et font preuve d’une grande originalité dans l’habillement aussi bien textuel que pictural de leur page 404.

La page 404 du site de Blizzard, le célèbre développeur de jeux vidéo.

Le site de linternaute.com a eu la bonne idée de répertorier quelques unes des meilleures pages d’erreur 404 du Web et je vous pousse allègrement dans cette galerie d’erreurs.

Vous en trouverez également dans le billet : des pages d’erreur 404 originales.

Enfin, si vous connaissez des erreurs 404 originales et inédites, merci de laisser leurs liens dans les commentaires de ce billet :-D .

Share

Quatre jours seulement après avoir été libéré des geôles tunisiennes, Slim Amamou, le célèbre blogueur tunisien et farouche opposant au régime de l’ex-président Ben Ali, a prêté serment hier. Il devient secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports du gouvernement transitoire  mené par le nouveau président par intérim, Foued Mebazaa, et son Premier ministre Mohamed Ghannouchi.

Celui qui était plus connu sous le pseudo Slim404, avait été arrêté le 6 janvier pour destruction de sites officiels. Il aurait participé à des opérations déclenchées par les Anonymous (des “résistants hackers”) qui visaient la mise à mal de plusieurs sites en rapport avec le pouvoir alors en place.

Bien que sa nomination suscite de nombreuses interrogations et n’a peut-être comme seul but que de calmer le Web tunisien (qui a pris une grande part dans la tournure des évènements), il m’est agréable de penser que pour une fois, Internet est considéré comme un véritable moyen d’expression, et surtout d’expression de la Liberté.

Slim Amamou serrant la main de Foued Mebazaa, le président tunisien par intérim
(Photo Match)

Monsieur le président, je suis également blogueur et rebel (si c’est vrai !). Je souhaiterai donc devenir rapidement Ministre des Sports. Comme ça je pourrai voir les matchs de foot et voyager en avion gratos… et virer HADOPI aussi !

Share