EspaceRezo

Astuces, utilitaires, tutoriels, jeux, vidéos… que du bon pour apprendre et se divertir !

Affichage des articles marqués données

A l’occasion du vote d’HADOPI, le site bakchich.info avait réalisé une petite vidéo où ils interrogeaient certains députés sur la définition du P2P.

Cette semaine, avant le vote sur HADOPI 2, ils se sont de nouveau glissé dans les couloirs de l’Assemblée Nationale. Les réponses diffèrent selon les députés mais il semblerait que ceux qui savent de quoi l’on parle aient voté contre ! Les autres sont toujours aussi pathétiques

Share

Nero En général, on trouve la suite de gravure Nero dans le tas de cds qui accompagnent l’achat d’un nouvel ordinateur. La version est souvent limitée et il faut passer à la caisse pour avoir la version complète et les mises à jour.

Certains l’adoptent car il marche finalement très bien tandis que d’autres se tournent vers des solutions entièrement gratuites qui font également du bon boulot. Bref, vous avez le choix

Pour la première catégorie d’utilisateurs qui restent fidèles à leur version de Nero fournie avec leur machine, voici un bon moyen de mettre à jour gratuitement ce logiciel de gravure. En effet, nero.com propose la version 9 de son programme. En échange d’une adresse email, vous pourrez télécharger une version “limitée” de Nero Essentials 9.

Cette version permet uniquement de copier et de graver des CDs et des DVDs. Il n’y a pas toutes les fonctions incluses dans la suite commerciale. Mais finalement, c’est exactement ce que l’on demande à un logiciel de gravure : graver !

Donc, n’hésitez pas à récupérer cette version gratuite car elle ne sera peut-être pas disponible au téléchargement éternellement. Elle est compatible avec toutes les versions de Windows XP et Vista. N’oubliez pas de décocher l’installation de la “toolbar Ask” ainsi que de refuser “l’envoi de données anonymes”.

A récupérer sur nero.com.

Repéré sur libellules.ch.

Share

Emule En remportant enfin la victoire mais non le succès devant l’Assemblée Nationale, HADOPI aura surtout démontré une chose : l’effet pervers et maléfique du jeu des partis dans le fonctionnement de nos institutions. Peu importe qu’une loi soit bonne ou mauvaise, elle sera votée selon l’importance qu’aura bien voulu marquer la personne qui la présente.

Ainsi HADOPI, dont la majorité des députés se foutait comme de leur dernière chemise (pour rappel une trentaine de députés présents dans l’hémicycle en première instance), a été rappelée à l’ordre du jour comme s’il s’agissait de l’avenir vital du pays. Cette fois pas moins de 557 députés se sont déplacés pour voter une loi dont ils ont une vague idée, une loi qui doit être importante puisque même le président de la République y met un point d’honneur !

Trop dépendants de leur parti sans lequel ils n’existeraient pas, comme de bons petits soldats ayant fait allégeance au chef de leur organisation politique, nos représentants, au mépris de leur libre arbitre, ont démontré qu’ils votaient les lois loin de tout indépendance morale et loin de toute connaissance du sujet.

L’État (nous quoi ! comme ces hommes-là aiment souvent à le rappeler) n’en sort pas grandi. Bien au contraire, l’État a fait la démonstration d’une république bananière où seule l’autorité d’une personne a fait foi. En remettant sur le tapis ce projet autant de fois qu’il le fallait, HADOPI a finalement été votée, une loi aussi absurde qu’inefficace.

Cette affaire aura mis en avant cette évidence : les lois qui régissent notre pays sont votées à la baguette, selon l’humeur du chef d’orchestre du moment. Pour HADOPI, il s’agira de Mme ALBANEL sous la grande direction du président de notre République… démocratique ?

Mais ils restent quelques questions en suspens à découvrir sur silicon.fr.

Share

Emule Nos aïeux de gauche déplorent, non seulement le piratage de leurs œuvres sous copyright, mais font également la tête au parti politique dont ils ont toujours défendu les idées. Sur ce point, je ne sais pas trop s’il faut en rire ou en pleurer, s’en moquer ou les prendre en pitié.

Pour ceux qui ont de la mémoire ou sont assez âgés pour les (re)connaître, les anciens en question sont : Juliette Gréco, Bernard Murat, Pierre Arditi, Michel Piccoli et Maxime Le Forestier. A part le dernier cité, je me demande qui peut bien pirater les œuvres de ces personnes-là ?

Toujours est-il qu’ils ont adressé à leur ex-parti politique, une véritable lettre de rupture publiée dans le journal Le Monde. C’est à mourir de rire ! On peut y lire quelques passages croustillants comme : “Vous étiez la résistance à la déréglementation, à la loi de la jungle et du plus fort qui assassine la diversité culturelle. Vous êtes désormais, par l’effet d’une étrange ironie de l’histoire, les avocats du capitalisme débridé contre les droits des artistes à l’heure du numérique.”

Si je n’avais pas connu les noms des auteurs de la lettre, j’aurais cru qu’elle était signée par un capitaliste ronchon… Ce qui est surprenant, c’est que pour ces artistes en fin de carrière, les “téléchargements sauvages” semblent être un bon moyen de continuer à faire vivre leurs œuvres et les diffuser auprès des nouvelles générations.

Pierre Desproges disait dans un sketch que lorsqu’il avait appris la mort d’une personnalité, ça lui avait coupé l’appétit mais lorsqu’il avait appris la mort de Tino Rossi, “curieusement il avait repris des moules”. Moi en lisant cette lettre, j’aime un peu plus le PS, c’est tout aussi curieux !

L’épître des aïeux : lemonde.fr.

Share

On reste dans HADOPI et dans Star Wars avec cette excellente petite trouvaille de Zorry.

Share
En visionnant cette vidéo, je vous le dis tout de go : je suis resté sans voix !

Notre Président de la République a intimé l’ordre à ses députés de se regrouper pour faire corps en faveur de la loi Hadopi. Maintenant, quand on voit où se situent leurs connaissances sur la question…

Je me permets donc de lancer un appel :
Messieurs les députés, reconnaissez que vous êtes dépassés sur ce sujet et qu’en la matière, votre rôle doit être égal à celui qu’il a été lors du premier vote : celui de se positionner raisonnablement au rang des absents. La communauté française des internautes vous remercie de l’écouter et de rester courageusement à la maison pendant les nouveaux débats. Ce sera mieux ainsi…

Share

On ne peut pas dire qu’ils ne sont pas organisés chez Google.

Leurs centres de traitement de données sont bien pensés et surtout très bien rangés !

Share

C’est donc une journée spéciale HADOPI sur le Blog aujourd’hui. En effet, un nouveau coup de théâtre vient de se produire. Les députés ont rejeté, à main levée, le projet de loi controversé.

Ainsi seules 21 voix contre ont été nécessaires pour rejeter le texte. Moins de 40 députés sur les 577 élus par les français étaient présents. Soit 7% de représentation du peuple français. C’est édifiant ! Pour le coup, cela tombe bien mais le gouvernement a déjà annoncé que le texte devrait repasser fin avril devant les deux chambres parlementaires.

Avec cette vidéo, on comprend mieux comment des lois toutes pourries arrivent à passer. C’est assez affligeant de penser que parfois, une quarantaine de personnes ont entre les mains le destin législatif du pays. Pourquoi élire et payer plus de 500 députés à ne rien faire ?

Share

Non Il y a des soirs où je trouve un sujet sympathique pour vous faire l’un de mes petits billets quotidiens. J’écris souvent le soir. Et aujourd’hui, j’étais parti pour vous présenter un site assez original. Mais en faisant un petit tour de Net, je suis tombé sur une mauvaise nouvelle enfin plus affligeante que mauvaise d’ailleurs.

Évidemment, elle concerne la toute nouvelle loi HADOPI, qui a été votée à l’Assemblée Nationale il y a quelques jours. Comme je ne cesse de le répéter (et je ne suis pas le seul), cette loi est injuste, liberticide, impossible à mettre en place et surtout elle ne règlera pas le problème du piratage.

Dans mon dernier billet sur le sujet, je vous avais annoncé que nos députés avaient tout de même ajoutés un amendement à cette loi : l’abonné suspendu ne serait pas contraint à continuer de payer son abonnement. Et bien, c’est le contraire qui va se passer. La Commission Mixte Paritaire, qui est composée à majorité de parlementaires favorables au projet du gouvernement, a décidé de conserver cette injuste double peine. Les contrevenants continueront à payer un abonnement qui ne fonctionnera plus.

Ce sont les fournisseurs d’accès qui sont contents. Ils vont même pouvoir dénoncer tranquillement leurs clients et ainsi alléger la charge sur leur réseau sans perdre d’argent.

Cette loi semble finalement soutenue par un petit groupe très influant qui veut absolument faire passer le texte qu’ils avaient pondu sous sa forme première. Réussir à court-circuiter les amendements de l’Assemblée Nationale, je trouve cela super fort. C’est une bien belle leçon de démocratie. Ce n’était pas vraiment la peine de débattre à l’Assemblée si quelques gugusses bien aux ordres peuvent tout remettre en cause le lendemain.

Leur prochain chalenge consistera à faire infléchir la Commission Européenne. Il y a du boulot en perspective mais tout est possible… avec de la vaseline !

Share
Dans un commentaire laissé sur un billet rédigé par Bob, je déplorais le sérieux de cette loi aux conséquences liberticides votée par une minorité de nos CHERS députés. Avec cette vidéo, on ne déplore plus, on pleure l’incompétence des personnes qui font voter nos lois.

Quelle tristesse de voir un si grand pays tourné en ridicule de cette manière !

Mme Albanelle, il serait bon que vous sachiez que le pare-feu peut être soit matériel, et dans ce cas il est généralement intégré dans les routeurs, soit logiciel et dans ce cas il fait partie intégrante du système d’exploitation. Le plus connu est le pare-feu de Windows tout simplement parce que Windows tourne sur la majorité des ordinateurs. MAIS il n’existe pas de pare-feu indépendant intégré dans chaque logiciel.

Maintenant que la chose est acquise, il faut bien savoir que ni le pare-feu de Windows, ni un pare-feu matériel ne peuvent empêcher un véritable hacker de s’introduire dans un ordinateur. Sinon, on ne parlerait pas de piratage de connexion et ou de Wifi !

Share